J avais 25 ans, et aux yeux de la société, j’étais sur la voie du succès: des études d’architecture réussies, un bon diplôme, un début de carrière prometteur… J’avais 25 ans et pourtant je me sentais déjà englué dans une vie qui n’était pas la mienne. J’avais 25 ans et un rêve : voyager.

Alors j’ai tout plaqué. Mon boulot, ma famille et mon pays pour réaliser ce rêve. Et puisque ce n’était pas suffisant comme ça, je me suis rajouté un défi un peu fou : financer mon voyage grâce à mon autre passion d’étudiant, le poker.

Je suis arrivé un beau matin d’avril à Rio de Janeiro avec de quoi tenir quelques mois, et j’ai tracé ma route, sans préparation, juste avec dans la tête quelques noms qui me faisaient rêver. J’ai d’abord pris des bus, et bientôt grâce à mes gains sur les tables brésiliennes je me suis acheté ma première moto, Parkinson, une tremblante bécane chino-paraguayenne !

Des casinos luxueux aux tripots clandestins, des capitales aux villages les plus perdus, des hôtels quatre étoiles aux habitations les plus humbles, j’ai vécu l’euphorie, la joie, l’amour, mais aussi les mauvaises passes, l’angoisse et les pannes au milieu du désert… J’ai découvert de nouveaux paysages, de nouveaux visages… Et au fur à mesure, j’ai sans doute fait la plus importante de toutes les rencontres : moi-même.

Rapidement, j’ai compris que ce voyage était entrain de changer ma vie. Que je ne pourrais pas rentrer. Et ce qui ne devait durer que quelques semaines, quelques mois tout au plus s’est prolongé sur près de deux ans et demi, 40000 kilomètres, 14 pays, et s’est terminé à Las Vegas avec une participation aux championnats du monde de poker.

Le blog sur lequel vous vous trouvez actuellement a été mon lien avec la France et mes lecteurs pendant ces deux années. Ici, j’ai tenté de vous partager un peu de l’incroyable densité de cette expérience, et beaucoup du merveilleux sentiment de liberté qui m’a empli sur la route. De tout cela il ne reste plus que quelques photos, des vidéos, quelques articles ( mystérieusement cachés dans les tréfonds du site, mais que vous pourrez peut-être retrouver si vous avez été fan à l’époque 😉 ) et un livre, publié à mon retour.

Peut-être vous laisserez vous tenter par ses 400 pages? 

Jonathan